La vie, c’est pas comme dans les séries

Autant l’avouer, je suis une grosse accro aux séries US. Du genre à être fébrile avant chaque nouvel épisode d’Homeland, à avoir la larme à l’œil quand un héros de The Walking Dead meurt, à le prendre très mal quand un show que j’adore est subitement annulé (genre How to make it in America) et à débriefer pendant des heures sur les derniers cliffanghers en appelant les personnages par leur nom (Oh là là c’est pas marrant pour Jax en ce moment, la pression qu’il a sur les épaules / Tu crois qu’ils vont tuer Brody ? / Quel relou le mari de Kalinda ! /) N’empêche qu’ils nous vendent grave du rêve aux States…


Déjà, pendant 10 ans ils nous ont fait croire que les Urgences c’était sexy, que le top de la coolitude c’était d’avoir une trachéo au bic (ouais, j’aimerais bien qu’on le retrouve moi le gamin, 15 ans plus tard avec son énorme balafre en travaers de la gorge, on verrait bien s’il est ravi) et que « Chimie, Iono, gaz du sang » étaient des termes trop hypes. Sauf que dans la vraie vie t’attends juste des plombes aux urgences pour que quelqu’un s’occupe enfin de toi et que quand ton tour arrive, le Doc ne ressemble pas du tout à Doug Ross, il n’est pas forcément adorable et toi t’es grave pas rassurée rapport au fait que dans la vraie vie ça fait mal les piqures et t’as pas envie d’apprendre qu’on t’a trouvé une maladie incurable alors que tu croyais juste t’être fait une entorse au pied (à la télé ça fait un super scénar, dans la vie, tu prends moyennement bien ce genre de rebondissment).

Après, j’ai deux mots à dire à Ally McBeal qui nous a vendus l’image d’une justice trop funky avec des avocats loufoques, des juges charismatiques et des plaidoiries qui retournent le cerveau de n’importe quel juré et font triompher la veuve et l’orphelin à la fin. Sauf que dans la vraie vie, quand tu as affaire à un serrurier véreux, tu passes des heures à envoyer de la paperasse au tribunal de ton arrondissement, tu te fais toute petite le jour de ton audience où tu vas seule (et ouais dans la vraie vie tu n’es pas forcément accompagnée d’une Ally ou d’une Alicia et forcément c’est moi flamboyant quand tu racontes ton histoire) car le juge de proximité parle de la même manière aux accusés qu’aux plaignants (mal) et sous-entend qu’on lui fait perdre son temps précieux avec nos petites affaires insignifiantes. Au final, même si tu gagnes le procès tu as quand même l’impression d’être un pion dans le système judiciaire parce qu’en fait tu n’as pas attaqué la bonne personne. Ah ben oui les sociétés et les personnes physiques qui travaillent sous cette enseigne ce n’est pas la même chose mais ils n’évoquent pas ce genre de subtilités à la télé alors toi, et bien tu tombes dans le piège…

Que dire aussi des trentenaires de How I Met Your Mother qui qui ont l’air d’être tellement soudés (on les envie mais en fait ils ont 5 potes et puis c’est tout, le reste du monde ne semble pas réussir à pénétrer ce cercle très fermé) et trouvent le temps TOUS LES SOIRS de se réunir au bar du coin pour débriefer sur leur existence palpitante et trop drôle. Sauf que dans la vraie vie, si tu arrives à voir tes potes une ou deux fois en semaine et aussi le week-end c’est déjà drôlement bien parce qu’en vrai t’es souvent débordé par le travail, les enfants (si tu en as mais même ça, ça ne les arrête pas dans HIMYM), la fatigue, l’hiver, tous les films et les séries que tu veux voir, les livres que tu veux lire, les expos auxquels tu veux te rendre, les restos où tu as envie d’aller te faire un bon dîner, les posts que tu veux publier sur ton blog, etc. En fait, on nous fait croire que leur amitié est tellement forte qu’ils sont super épanouis alors qu’en fait niveau vie culturelle et exploration de nouveaux endroits autres que leur QG c’est zéro (Ne parlons pas des week-end et des vacances, concept qui semble leur être étranger).

Enfin j’aimerais dire deux mots aux créateurs de la série NY 911 qui m’a fait fantasmée pendant des années sur ces pompiers qui te sauvent la vie, bouleversent ton existence et avec qui tu vis un moment tellement fort que direct le lendemain, tu vas à leur caserne leur apporter un gateau pour avoir sauvé ta misérable existence des flammes à travers 50 étages, au péril de leur propre vie. Sans compter que partager une expérience tellement forte, forcément ça crée des liens invisible et puis en plus ça révèle souvent un comportement ultra-courageux dont tu ne te serais pas cru capable (qu’ils te font croire). Sauf que dans la vraie vie si tu as un cousin pompier il fait tout pour te faire comprendre que si tu viens en robe à la caserne tu risques de ne pas rentrer en un seul morceau chez toi, rapport au fait que ces graines de héros n’auraient pas l’occasion de voir trop souvent des filles et seraient un peu en manque style gros beaufs en rut. Pffff S.D, je n’y crois même pas 😉 Mais en tout cas dans la vraie vie, le jour où un incendie se déclare dans la cuisine de ton chéri, tu as beau fonctionner en mode automatique tu te rends vite compte que tu n’es pas si brillante que ça en situation de stress extrême rapport au fait que tu pleures sans même t’en rendre compte et qu’apparemment tu parles comme une hystérique vu que l’opérateur du 18 te conseille quand même de te calmer. Au final, les pompiers sont vraiment des héros et ils ont évité à l’appart de cramer en entier mais de ton côté ce n’est pas hyper glorieux, ce qu’ils te font gentiment remarquer en te disant « Ah, vous êtes sensibles, vous. » Ben oui, mais dans les séries TV ils nous disent pas qu’en cas de danger, la tendance naturelle de l’humain est plus de se comporter en  fiotte que d’avoir des réflexes de super-héros…

Une réponse pour “La vie, c’est pas comme dans les séries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *