Un déjeuner chez AG Les Halles

Après 10 jours de brouillard, l’envie de reprendre le chemin de la gourmandise a enfin repointé le bout de son nez. Me vient à l’esprit l’expression « comfort food » et même si je ne vous emmène pas aujourd’hui dans un temple du gras et du sucré, je pense que le contenu des assiettes du nouveau restaurant dont je vais vous parler devrait joyeusement vous titiller les papilles. Direction aujourd’hui AG Les Halles, une adresse pour gourmets qui vient d’ouvrir dans le centre de Paris.

AG Les Halles restaurant 75001 ParisCrédit photo : Alban Couturier

Le chef Alan Geeam officiait jusqu’à présent dans au bistrot AG vers Saint-Germain-des-Prés mais il a eu envie de se lancer un nouveau défi : une deuxième adresse avec une cinquantaine de couverts vers les Halles qu’il a baptisé AG Les Halles.

Il a élu domicile dans une petite rue près du forum des Halles qui n’est pas forcément très visible. On lui a donc conseillé de bien se signaler pour que les futurs clients repèrent plus facilement l’entrée. Mais il a décliné toute tentative tape à l’œil d’appâter le chaland. Pour lui, la séduction doit opérer dans l’assiette. Et si on peut penser qu’il s’agit d’un pari audacieux, dès qu’on pénètre dans le très beau restaurant qu’il a créé et qu’on se met à table, on est vite convaincu qu’avec juste un peu de bouche-à-oreille, AG Les Halles pourrait vite devenir un rendez-vous gourmet incontournable…

Car oui, c’est un gros coup de cœur pour ce resto ! D’abord, il y a la déco avec murs gris en béton brossés, petites tables en bois peint en gris, confortables banquettes dans le fond, majestueuse verrière et le bar à côté duquel trônent une belle collection de bouteilles de vin. Elégant mais pas intimidant.

Ensuite, il y a la bonne idée du chef : une formule du midi à 30 € qui permet d’accéder à un menu entrée-plat-dessert digne d’un étoilé (le soir, les menus sont à 39 € et 55 €). Alors, oui pour remplacer la cantine, c’est un peu cher (et puis surtout en 1 heure, cela va être un peu court de tout savourer !) mais pour goûter une cuisine précise et délicieuse qui fait honneur au terroir français, c’est une aubaine !

Tout commence par une mise-en bouche, comme chez les meilleures tables : une brioche au thym qui rappelle au chef son enfance, que l’on plonge dans différentes huiles d’olive et mélanges d’épices. Puis, des sablés noisette à la mousse de basilic. Notre estomac se réveille et en demande encore plus !

Arrive alors mon entrée (AK a opté pour sa part pour l’autre formule du midi : 18 € pour un plat + un café) : pour moi des ravioles de foie gras dans un velouté de butternut, surmonté d’une émulsion de butternut, de brisures de cacahuètes et de fleurs comestibles. Au premier coup d’œil, on comprend que le chef attache une grande importance à la présentation et aux couleurs présentes dans l’assiette. Et à la première bouchée, on se régale et on apprécie les jeux de textures : du moelleux avec les ravioles, du velouté avec la soupe, du croquant avec les petits bouts d’arachide, de l’aérien avec l’espuma. C’est parfaitement dosé, autant en goût qu’en quantité. Premier gros miam du repas.

Viennent ensuite les plats : Un risotto venere sur lequel trône fièrement un filet de maigre à la chair cuite à la perfection et des couteaux. AK opte pour le plat du jour, du gigot d’agneau servi avec des petites carottes glacées, du caviar d’aubergine et une étonnante purée carotte-citron. Des jus forts en goût (chair de crabe pour moi, jus de viande pour AK) viennent compléter l’assiette et nous sont versés au dernier moment par les serveurs, prouvant là encore que le sens du détail est loin d’apparaître anecdotique pour le chef et son équipe. A la dégustation, on se régale à chaque bouchée. C’est copieux mais très fin, avec là encore une vraie volonté de stimuler les sens. Les cuissons sont justes, il y a beaucoup de choses différentes dans l’assiette sans que cela fasse fouillis non plus et que le palais soit saturé. Encore un sans-faute !

Enfin, le dessert : j’opte pour un classique du terroir français, la Tarte Tatin. Peut-être le plat le moins impressionnant de ce repas mais il n’empêche qu’il est parfaitement réalisé : la pâte sablée est très réussie et les pommes confites sont nappées d’un caramel maison assez décadent.

Et pour finir, les cafés avec quelques mignardises pour LA touche gourmande qui vous donne vraiment l’impression d’avoir vécu une très belle expérience gustative et surtout d’avoir découvert une pépite que peu encore ont déniché.

En espérant que cela changera vite car l’adresse vaut CARREMENT le détour !

Le + : le service attentif et efficace

Le – : Une formule supplémentaire entrée-plat ou plat-dessert dans les 20 € et l’offre du midi serait parfaitement complète !

AG Les Halles
14 rue Mondétour
75001 Paris
01 42 61 37 17

Brioches - AG Les Halles restaurant 75001 Paris

Sablés noisette - AG Les Halles restaurant 75001 Paris

Entrée - AG Les Halles restaurant 75001 Paris

Poisson - AG Les Halles restaurant 75001 Paris

Agneau - AG Les Halles restaunrant 75001 Paris

Café - AG Les Halles restaurant 75001 Paris

 

Une réponse pour “Un déjeuner chez AG Les Halles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *