Ma chère & tendre, un steakhouse parisien so chic !

Petit préambule pour ce premier post Miam de 2014. Oui, comme tout le monde je mange beaucoup plus light en ce début d’année pour compenser les abus des fêtes (et si je veux être tout à fait honnête les autres avant, à croire que j’avais pris un peu d’avance hi hi hi) et c’est la fête de la soupe à la maison en ce moment. Mais franchement, le prochain qui me parle détox (le mot à la mode ces derniers jours), je lui mets la tête au carré !!!

Ceci dit, 1 mag by Mag a quand même une réputation à tenir (tout mon entourage a l’air de croire que je ne me nourris que de burgers depuis que j’ai ouvert le blog lol) et j’ai dans ma besace un chouette adresse testée l’année dernière qui devrait ravir les plus carnassiers d’entre vous : cela s’appelle Ma chère & tendre et ça se passe du côté de la porte Maillot.

 

 

Avec ma copine DM on s’était donné rdv en décembre dans le steakhouse Ma chère & tendre, ouvert au printemps 2013 il me semble. En fait, il est rattaché au très chic hôtel Méridien (mais il a sa propre entrée, par contre c’est bien dans les toilettes ultra clean du hall de l’hôtel qu’il faudra aller en cas d’envie pressante) et cela se sent dès qu’on s’installe. Serveurs ultra-attentifs, jolis petites tables rondes qui ont le bon goût d’être bien espacées les unes des autres, tapis moelleux au sol, jolies petits chaises rouges (on est là pour manger de la viande… rouge ne l’oublions pas !), l’adresse très classe réussit le bel exploit d’offrir un intérieur à la fois moderne et cosy.

Et maintenant on passe à l’assiette. En entrée, j’ai choisi une déclinaison de mini-tartares qui étaient à tomber !!! Le traditionnel cachait un petit œuf de caille cru à l’intérieur de la viande (du filet de Black Angus bio d’Irlande haché au couteau à la minute pour tous les tartares) et était assaisonné avec justesse  avec des câpres, de l’oignon et de la sauce Worcestshire. L’Asiatique (mon préféré, une tuerie !) où la saveur de la viande était subtilement magnifiée par de la ciboule thaï et de la sauce soja.  Le tex mex à base de viande mélangée finement à des poivrons, de la coriandre et du citron et était accompagné d’une étonnante boule de glace (oserais-je dire « quenelle » car telle était sa forme en réalité) noix de coco. Le tout sur une petite tartine croquante et accompagné de 3 pointes d’une réduction à l’oignon et de fèves (la caution légumes j’imagine lol).
DM a opté pour pour les brochettes de poulet bio. Moins copieux mais tout aussi savoureux selon ses dires. Le blanc de poulet était bien tendre et la sauce au beurre de cacahuète relevait parfaitement l’ensemble.

Passons ensuite aux choses sérieuses : les pièces de bœuf, servies seules que l’on agrémente d’accompagnements au choix. Forcément, c’est plus cher. Mais comme les accompagnements déchirent (pour leur quotient appétissant, ça c’est ce qu’on a pu juger sur la carte et en goût aussi, ça c’est que on a pu confirmer dans l’assiette), on se contente de se régaler sans râler. Avec DM on a choisi la même chose : De la viande de Salers et plus précisément un cœur de rumsteak qui était incroyablement tendre malgré son épaisseur, tout en ayant un goût vraiment bien persillé. Tout simplement délicieux. Et mes croquettes au chorizo étaient excellentes ! Quand à DM, elle n’a pas été déçue, elle qui avait opté pour un classique cher à son cœur : des frites, qui se sont révélées bien croustillantes et dorées. la prochaine fois, je tente le gratin de macaronis à la queue de bœuf et parmesan, miam…

A noter que sur la carte il y a un Burger et un Cheeseburger et le fameux Surf & Turf que ceux qui ont voyagé aux Etats-Unis doivent connaître : l’association détonnante au menu de leurs steakhouse, le filet de charolais servis AVEC du homard. La rolls de la mer et de la terre réunis en quelque sorte 😉 

Pour les desserts – cheesecake, cobbler et autres apple pies – il faudra aller juger vous-même parce qu’à ce stade-là, autant vous dire qu’on avait plus de place pour le sucré (une fois de plus je vous l’accorde mais qu’est-ce que vous voulez, j’ai une préférence pour le salé !)

Et pour conclure, un petit aveu au terme de ce post ultra-ravi de la découverte de ce steakhouse que j’ai trouvé vraiment au top, ambiance et assiette comprise : Le seul point un peu problématique c’est l’addition, plus adaptée à des hommes d’affaires prêts à dégainer leurs notes de frais, qu’à nous amateurs de nouvelles saveurs ayant un budget pas forcément extensible à l’infini. Et c’est là, qu’arrive notre amie La Fourchette qui vous propose une réduction à –20% sur la nourriture le soir ou -30% au déjeuner en réservant via son site. A condition d’éviter le coca à 6 € et le café à 4 (de mémoire), vous devriez vous en sortir sans piocher dans votre PEL 🙂

 

Ma chère & tendre

81 boulevard Gouvion Saint-Cyr

75017 PARIS

01 40 68 30 40

http://www.machereettendre.fr/fr/

 

Une réponse pour “Ma chère & tendre, un steakhouse parisien so chic !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *