Le retour du masking tape

L’année dernière, je vous parlais de ma passion pour le masking tape, ce scotch qui est un peu le Saint Graal de la déco pour les nuls, n’ayons pas peur des mots ! Je ne veux pas me répéter mais avec ces petits rouleaux de scotch repositionnable à volonté, on peut personnaliser carnets, vaisselle, objets divers et variés… et les murs, ma dernière lubie.

Cela faisait déjà quelques temps que je cherchais une manière de customiser un mur blanc un peu tristoune et comme je n’ai pas encore trouvé le tableau de mes rêves, je réfléchissais à la façon dont je pourrais utiliser le masking tape pour lui donner un coup de pep’s. Après avoir tenté de réaliser des skylines new-yorkais avec un succès mitigé, je me suis dis que j’allais parsemer le mur de petits pois (non, pas le légume mais le motif… en masking tape donc. Y’en a qui ne suivent pas !!!). Je pensais découper des ronds dans mes bandes de masking tape mais vu que leur largeur des rouleaux que j’avais sous la main était assez réduite (de 1 à 2 cm) cela siginifait que mes ronds allaient être tous petits et que je n’avais pas fini de trimer sur l’atelier découpage avant d’avoir un joli mur. Bref, ma créativité et moi on procrastinait sur le sujet…

Et puis le 1er mai, lors d’une virée au Drugstore Publicis pour tester leur burger, je suis allée fureter dans leur boutiques qui recèle de plein de petites marques et d’objets sympas, je suis tombée sur exactement ce qu’il me fallait : de grosses pastillées colorées en masking tape !

Je veux lire la suite ! ☞

Accro au masking tape

Il y a encore deux ans, je ne m’intéressais pas particulièrement à la déco. Et puis après avoir réalisé un article sur ce thème à l’automne 2011, la trentaine qui a pointé le bout de son nez et l’achat d’un deux pièces dans la foulée, je suis devenue de plus en plus sensible à la personnalisation de mon chez-moi. Et voilà qu’en moins de deux je me suis mis à vouloir plutôt des jolies chaises à Noël qu’une nouvelle garde-robe, je suis devenue incollable au sujet du nuancier Farrow & Ball, pas un jour ne passe sans que je m’extasie devant mon mur fushia waouhhh (merci D.V !!!) qui vitamine le salon, j’ai pris un abonnement à Marie-Claire Maison et je me surprends parfois à frétiller devant un plaid ultra-doux ou une lampe-qui-irait-tellement-bien-près-du-canapé.

Je veux lire la suite ! ☞